Foundation

Homo Sapiens

Selon les théories archéologiques actuelles, notre ancêtre direct Homo Sapiens est apparu il y a 300 000 ans environ. Homo Sapiens vivait dans des petits groupes sociaux matrilinéaires qu’on peut considérer comme une famille élargie. Les membres des ces groupes trouvaient de quoi se nourrir par la cueillette de plantes, en mangeant les viandes des animaux morts et en chassant, et ils devinrent ainsi des chasseurs / cueilleurs.

A coté de l’Homo Sapiens il a existé plusieurs sous-espèces de notre prédécesseur Homo Erectus, mais tous, à l’exception de Néandertal, furent frappés d’extinction il y a 115 000 ans, avant la Période Glaciaire. D’un point de vue biologique, le fait que nous ayons survécu relève presque du miracle : nous étions relativement faibles et très mal dotés par la nature, avec une petite mâchoire et pas de griffes, par conséquence nous ne pouvions pas tués de proies plus grandes que nous. Nous avions aussi des bras plus courts que nos cousins, les grands singes, donc nous étions incapables de grimper aux arbres pour échapper aux prédateurs et cueillir des fruits. En outre nous n’avions pas de fourrure pour nous protéger des conditions climatiques extrêmes. Cependant Néandertal et nous-mêmes avions un avantage important sur les autres hominidés : un cerveau plus grand. Mais même cela n’a pas suffit au Néandertal qui, bien qu’il ait été plus fort physiquement, n’a pas survécu à la rigueur de la dernière Période Glaciaire, et il y a 40 000 ans il a disparu.

La question qui se pose est la suivante : pourquoi l’Homo Sapiens a-t-il survécu alors que le Néandertal non. L’ancienne théorie selon laquelle l’Homo Sapiens les aurait tous tués a été complètement abandonné. Il n’y aucune trace de violence sur les restes des squelettes des Néandertal. La seule explication possible est que le Néandertal perpétua la structure sociale traditionnelle des hominidés (à l’exception des Bonobos), à savoir la patrilinéarité, ainsi que la compétition violente. A l’inverse, l’homo Sapiens a réalisé la première et la plus grande révolution dans l’histoire des espèces supérieures : ils ont remplacé la compétition et la domination patriarcale violente par l’entraide et la lignée par la mère. En outre, cette l’entraide était altruiste, ce qui a conduit a une structure sociale chasseur / cueilleur de plus en plus égalitaire. (Ces conclusions sont renforcées par l’observation du peuple Hadza de Tanzanie qui vit tel que le faisaient les tous premiers chasseurs/cueilleurs. Les Hadza n’ont pas créé d’art ou de religion, apparus dans les sociétés de chasseurs/cueilleurs il y a au moins 35 000 ans).

Ce qui a permis le développement de l’entraide altruiste et égalitaire est sans doute, parmi d’autres facteurs, l’intelligence exceptionnelle et la créativité de l’homme. L’entraide altruiste n’a pas été le fruit d’une quelconque religion ou doctrine morale – qui sont apparues bien des milliers d’années plus tard. C’était profond et innovant à la fois. Ils ont été capables de comprendre que prendre soin des autres membres de leur groupe social étaient non seulement par leurs propres intérêts mais qu’ils travaillaient aussi ensemble, de façon altruiste, pour que leur communauté puisse survivre.

Un autre résultat de l’entraide altruiste a été des outils de chasse plus élaborés comme des arcs ou des boomerangs. Bien qu’ils aient été fabriqués par des individus, leur invention et amélioration a été le résultat de l’entraide au fil de nombreuses générations. Plus particulièrement, l’invention du boomerang, une merveille d’aérodynamique, a été perfectionné après de nombreuses essais et échecs avant qu’il ne fonctionne vraiment correctement.

Un autre exemple de l’entraide altruiste a été la découverte et le développement de la poterie. Les premières pièces datent d’il y a 20 000 ans. Encore une fois cela a nécessité un examen attentif pour comprendre que l’argile pouvait être non seulement être  façonnée mais que si elle était mise assez longtemps dans le feu elle devenait dure. De cette découverte et le fruit d’une évolution technique et créative il a résulté la possibilité et le bénéfice extrêmement important de transporter des produits liquides et solides. Cela n’a l’air de rien mais imaginer quel serait notre vie moderne sans aucun contenant pour stocker de la nourriture. A cet effet, les pièces produites il y a 6000 ans par la culture de Cucuteni-Trypillia méritent d’être connues.

Une autre réalisation unique de l’Homo Sapiens a été la création de l’art. Il y a de nombreuses preuves archéologiques de leur existence. Une production artistique arrivée à maturité et de grande ampleur a été découverte dans la grotte de Chauvet en Ardèche en France, une véritable « galerie » de peintures et de gravures. L’art des grottes montre aussi une entraide altruiste coordonné et sur le long terme pour pouvoir les réaliser. Les artistes ont dû créer des pigments et des outils pour la peinture et la gravure, et produire aussi de la lumière dans des grottes qui étaient complètement sombres. Ces productions ont continué au travers de nombreuses générations sur plusieurs milliers d’années – les plus anciennes peintures datant d’il y a 35 000 ans et les plus récentes de 26 000 ans.

La présence d’animaux comme motif principal de ces peintures montre une autre création unique de l’humanité : la religion. Il n’y a aucune preuve que le Néandertal ait été capable d’une telle abstraction associée à un sentiment de gratitude et de respect. La grotte de Chauvet n’a jamais été utilisée pour l’habitation ; ce n’était pas non plus une démonstration artistique mais un « autel » dédié à l’animisme. Il peut être difficile pour nous de comprendre comment des humains pouvaient tuer des animaux et les vénérer en même temps.  Cependant si nous regardons du point de vue des chasseurs/cueilleurs, tuer des animaux n’était pas une question de choix mais de nécessité. Tuer des animaux était pour eux naturel, mais, en même temps, ils exprimaient leur gratitude pour les animaux chassés.  Ils ont aussi représenté leur respect pour les prédateurs dangereux comme les lionnes (magnifiquement peintes dans la grotte de Chauvet – peut être espéraient-ils qu’en faisant cela ils ne deviendraient pas leur proie …).

Dans cette même période il y a des preuves d’une autre religion : le culte de la féminité et de la maternité, comme les figurines des Vénus Paléolithiques qui datent de 35 000 à 40 000 ans.  Ces petites statues qui ont été découvertes dans toute l’Europe ont été réalisées à la même période que la domestication  des céréales sauvages, ce nouveau fait qui a été l’aspect principal de la révolution agricole, qui a été suivi plus tard par celle d’autres plantes. Depuis le commencement, l’Homo Sapiens avait deux sources principales de nourritures : les plantes et la viande. En effet avant l’arrivée de l’agriculture,  les chasseurs/cueilleurs n’avaient que ce qui était disponible dans la nature. Cela a complètement changé lorsqu’ils ont découverts qu’ils pouvaient cultivés certaines plantes – ce qui a été une première forme de sélection génétique. Cela n’est pas suffisamment apprécié et estimé de nos jours, mais nous devrions être conscient ce que cela a nécessité, non seulement la capacité à comprendre les concepts de causes et de conséquences mais aussi de la persévérance. Cela inclut aussi de la prévoyance et une attitude altruiste pour transmettre les connaissances nécessaires d’une génération à une autre. Changer la nature d’une plante, sans aucune expérience ni méthode, a pris des centaines d’années.

L’arrivée de l’agriculture n’a pas changé immédiatement l’égalitarisme et la structure sociale de l’entraide altruiste. L’existence d’une telle culture d’une agriculture avancée comme dans la culture  de Cucuteni-Trypillia prouve qu’il a été possible d’introduire une organisation sociale complexe sans abandonner la structure égalitaire.

Mais il est vrai que le développement de l’agriculture a été la cause principale de la chute de l’égalitarisme. Les sociétés d’alors ont été trop « naïves » pour mettre en place une structure sociale plus complexe nécessaire avec un plus grand nombre d’habitants. Comme par exemple, dans la corne fertile de Jéricho établis 8000 ans avant JC, ou dans la cité indienne d’Harrapa (3300 à 1300 ans avant JC) où vivaient, respectivement, environ 3000 et 23000 habitants. Il y a des preuves d’une existence d’une structure sociale relativement complexe. Mais la première étape du voyage de l’Homo Sapiens, l’ère de l’égalitarisme, arriva à sa fin.

Les conséquences de la stratification seront présentées nous l’espérons prochainement sur le site dans le menu Fondation et sera intitulé : « Stratification – régression et progrès ».

Traduction de Murat Yasar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Back To Top
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial